Accueil Blog Application de shungite carbone de type fullerène dans le traitement du syndrome d'obstruction bron ...

Mardi, 26 Mai 2015 16:16

Application de shungite carbone de type fullerène dans le traitement du syndrome d'obstruction bronchique

Rate this item
(0 votes)

1. 7.Shirinkin S. V. Application de shungite carbone de type fullerène dans le traitement du syndrome d'obstruction bronchique. / / Actes de la Conférence scientifique et pratique panrusse "Shungite et sécurité humaine". Petrozavodsk: Carbon-Shungit. - 2006. - p. 88-93.

 

Application de shungite carbone de type fullerène dans le traitement du syndrome d'obstruction bronchique

S. V. Shirinkin

Station thermale Krasivo, Belgorod

 

           L’infection des voies respiratoires inférieures (IVRI) et l'asthme bronchique (BA) présente un problème urgent de la médecine interne (Vorobyov et al., 1997; Stratégie mondiale ... 2003; Dorshakova et al., 1998; Prozorova et al., 1997). Le développement de la nanotechnologie médicale, y compris l'application de shungite carbone de type fullerène (SCF) dans IVRI et la thérapie de BA ouvre de nouvelles perspectives pour le traitement de la pathologie mentionnée ci-dessus.

            Aujourd'hui, SCF est connu pour avoir les effets suivantes: antibactériens (Krutous, 2002; Rysyev et al.; Khadartsev et al., 2002, 2005), antiviraux (Khadartsev et al., 2005), immunostimulants (sans stimulation de la réponse immunitaire (Khadartsev et al., 2005), anticancéreux (Khadartsev et al., 2005), anti-inflammatoire / antioxydant ((blocage de la peroxydation des lipides) (Krutous, 2002; Rysyev et al.; Khadartsev et al., 2002), blindant de rayonnements ionisants et non ionisants (Subbotina et al. 2003), et antihistaminiques (Rysyev et al.).

Le but de cette étude était d’identifier de l'action broncholytique de SCF.

L’étude a été menée à Krasivo, une station thermale située dans l'oblast de Belgorod. 154 personnes atteintes du syndrome d'obstruction bronchique âgés de 18 à 80 ans (95 patients avec BA, 46 avec une maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et 13 avec trachéite aiguë) ont été examinés. MPOC et BA ont été diagnostiqués en conformité avec les exigences du système de formulaire dont les dispositions sont fixées dans l'arrêté du ministère de la Santé de la Fédération de Russie du 9 Octobre 1998 (Ordre № 300 «Sur les normes (protocoles) de diagnostic et de traitement des patients avec une obstruction des maladies pulmonaires non spécifiques»), tandis que trachéite aiguë a été diagnostiquée sur la base des manifestations cliniques. 

Le groupe témoin comprenait 44 patients âgés de 18 à 80 ans avec BA dans leurs anamnèse qui ont utilisé l’eau hydrocarbonatée sodique  à faible minéralisation "Krasivo" pour empêcher la composition minérale de l'eau utilisée comme solvant pour SCF d'influer la perméabilité bronchique.

La spirométrie avec la mesure du volume expiratoire maximal seconde (VEMS) caractérisant la perméabilité de l'arbre bronchique a été réalisée au moyen de spirographie sur le système de diagnostic "Valenta" suivie d’un traitement informatique des données enregistrées.

             La shungite karélienne a été utilisée comme source de SCF. La shungite avait la composition minérale suivante (% de sa masse) (tableau 1): shungite carbone - 28, quartz - 50, silicates complexes (micas, chlorite) - 17, des sulfures - 2, d'autres minéraux - 3. Les produits fournis à la station thermale “Krasivo” par la SARL "Karelia-Shungite" ont été produit sous contrôle de l’organisation publique régionale de Carélie "Sécurité environnementale" (TU 5714-007-12862296-01) et ont un certificat sanitaire et épidémiologique № 10. КЦ 03,571. П. 0004 27.07.02.Table 1

La composition chimique de shungite, % des masses (Khadartsev et al., 2005)

SiO2

TiO2

Al2O3

FeO

MgO

CaO

Na2O

K2O

S

C

H2Ocrys.

57.0

0.2

4.0

2.5

1.2

0.3

0.2

1.5

1.2

29.0

4.2

 

           La solution de SCF de 0,10 mg/ml utilisé pour traiter les patients souffrant du syndrome d'obstruction bronchique de diverses étiologies pour la première fois a été faite en conformité avec les directives de "Karelia-Shungite", Groupement de recherche et de production. La solution a été appliquée sous la forme d'inhalations avec l'utilisation d'un appareil "Mousson-1". L'inhalation s’est fait pendant 10 minutes et le volume d'inhalation a été de 5 ml, 7-14 inhalations se font pendant la cure .

Dans le cadre de l’étude, un essai à blanc a été réalisée avec inhalations de l'eau minérale pour le traitement de patients avec BA sans carbone sphéroïdal afin d'empêcher la composition minérale de l'eau d’influer la perméabilité bronchique.

L'analyse statistique comprenait l'acquisition de données descriptives telles que les écarts types et les intervalles de confiance. L'analyse comparative a été réalisée avec l'utilisation du test de Student (Kashin, 1994).

Méthodologie de l’étude

             Au début, les valeurs de la perméabilité bronchique de chaque objet d'étude en ce qui concerne leurs niveaux du VEMS ont été mesurés, et 40-60 minutes après l'inhalation de la solution de SCF la spirométrie a été effectuée à nouveau. La prochaine étape était un test avec l'utilisation d'une préparation broncholytique traditionnelle (salbutamol, Berotec, Atrovent) et en 40 minutes la perméabilité de l'arbre bronchique a été mesurée à nouveau pour déterminer l'action broncholytique du carbone sphéroïdal. La mesure du VEMS a été effectuée sur le deuxième, troisième ou quatrième jour en fonction des résultats des essais initiaux et dynamiques cliniques, ainsi qu'à la fin de la durée du traitement.

Les résultats de l’étude et de leur discussion

On a vérifié de la perméabilité bronchique chez les patients atteints de la MPOC (46), BA (95) et une trachéite aiguë (Dorshakova et al., 1998), un total de 154 personnes, traitées avec inhalations de la solution de SCF pour la première fois. 37 58 patients masculins et féminins ont été examinés souffrant de BA de sévérité variable (légère persistante - 76, modérément sévère - 18, sévère - 1) âgé de 18 à 80 ans; 26 hommes et 20 femmes de la même tranche d’âge souffrant de bronchite chronique obstructive (légère - 2, modérément sévère - 39, sévère - 5); et 8 femmes et 5 hommes âgés de 50 à 64 ans souffrant d'une trachéite aiguë.

Tableau 2

La perméabilité de l'arbre bronchique évaluée selon le VEMS en fonction du  bronchodilatateur appliqué chez les patients avec BA, MPOC et trachéite aiguë (%)

Syndrome d'obstruction bronchique

 Niveau initial du VEMS

VEMS après inhalation de la solution de SCF

VEMS après inhalation du salbutamol

VEMS après inhalation de l’eau minérale

BA (n=95)

63.5±4.84

85.8±4.97*

85.6±4.08*

-

MPOC (n=46)

67.3±4.92

71.1±4.97

70.2±4.94

-

Trachéite aiguë (n=13)

69.7±4.36

88.4±4.44*

87.6±4.39*

-

Contrôle (n=44)

65.7±4.27

-

-

67.9±4.32

 

Nota: * - les différences sont valides par rapport à la base des valeurs du VEMS dans les groupes correspondants.

            La thérapie par SCF a été réalisée sous forme de monothérapie pour le traitement de 140 patients et a été combinée avec un traitement de base anti-inflammatoire avec des glucocorticoïdes (aérosol, dose quotidienne - 800 mkg de Flixotide) et l'application de bêta-2 stimulants d'action prolongée (Serevent, 100 mkg / jour) pour le traitement de 14 patients souffrant de BA vu la gravité de maladie.

Le VEMS chez 89 patients avec BA après la première inhalation a augmenté de 22,3 ± 0,96% (Tableau 2. 63,5 ± 4,84% -85,8 ± 4,97%) et seulement chez 6 patients après la troisième ou quatrième inhalation qui peut être expliqué par le fait qu'ils avaient aussi une infection respiratoire virale aiguë. Les essais effectués avec l'utilisation de préparations broncholytique traditionnelles après inhalations de carbone sphéroïdal ne causaient pas nouvelle augmentation de leurs VEMS (85,8 ± 4,97% -85,6 ± 4,08%) qui indique un effet broncholytique évident de SCF qui n’est pas inférieure aux bronchodilatateurs traditionnelles. Le VEMS chez tous les patients avec BA en corrélation avec la dynamique cliniques positifs (réduction significative du nombre et de la gravité des attaques de dyspnée expiratoire ou leur disparition complète, une tolérance accrue à l'exercice physique, etc.) Il convient de noter qu'en ce qui concerne la les patients atteints de BA dont l'état grave a été causé par le fait que ils ont également eu une infection respiratoire virale aiguë, la maladie virale infectieuse se passait plus facile et les patients ont récupérés en 4-5 jours sans avoir à utiliser des médicaments antiviraux et d'autres qui peuvent être expliqué par les propriétés thérapeutiques bien connues de SCF qui a été indiqué ci-dessus.

Une situation similaire a été observée chez 13 patients atteints de trachéite aiguë (Tableau 2. 69,7 ± 4,36% -88,4 ± 4,44%), mais l'effet broncholytique a eu lieu après la première inhalation.            Aucune augmentation significative du VEMS a été observée chez 41 patients atteints de bronchite chronique obstructive (12% et plus) (67,3 ± 4,92 à 71,1 ± 4,97%) et seulement 5 patients ont démontré une augmentation de 12,2 ± 1,06% à la fin de la durée du traitement (voir le tableau 2), qui est peut-être dû à la fois la spécificité de la maladie qui se caractérise par la vitesse limitée du flux d'air qui n’est pas entièrement réversible à la différence de BA, et la durée courte du traitement disponible la station thermale. Néanmoins, la dynamique clinique positive a été observée chez tous les patients caractérisée par une amélioration de la dyspnée expiratoire et l'expectoration, une réduction significative de la toux ou sa disparition complète, et l'amélioration de la tolérance à l'exercice physique; ce dernier, en cas de l’absence d’augmentation du VEMS peut être causée par une amélioration du rapport ventilation/perfusion.

Comme indiqué ci-dessus, la thérapie par SCF a été combinée avec des glucocorticostéroïdes et  bêta-2 stimulants d'action prolongée chez 14 patients avec BA. À la fin de la durée du traitement (14 inhalations) la dose de ces médicaments a été réduit de moitié. En outre la surveillance en dehors de la station thermale n'a montré aucune aggravation de la maladie.

Le groupe témoin comprenait 44 personnes (21 hommes et 23 chez les femmes) âgés de 18 à 80 ans ayant BA dans leur anamnèse avec une obstruction bronchique (le VEMS était de 65,7 ± 2,27%) au moment de l'étude. Les inhalations d'eau minérale n’ont provoqué pas de changements du VEMS dans ce groupe (Tableau 2. 65,7 ± 2,27% -67,9 ± 4,32%). 

           Ainsi, SCF a une eefet bronchodilatateur qui n’est pas inférieure à d'autres médicaments bronchodilatateurs et peut être appliquée dans les cas cliniques suivants:

1. Réalisation de tests bronchiques;

b. Prophylaxie et traitement du syndrome d'obstruction bronchique chez les patients souffrant de la MPOC et de BA au cours des épidémies virales;

c. Le traitement des patients des groupes sudits afin de contrôler le déroulement de la maladie et réduire de la dose de médicament.

             L'analyse de la littérature et de l'expérience clinique indique un rôle important de SCF dans le traitement pathogénique des maladies respiratoires avec le syndrome d'obstruction bronchique qui, cependant, n’est pas tout à fait clair encore. En outre l'étude de ce problème peut aider à développer de nouvelles approches dans le traitement,  réadaptation, et prophylaxie de cette pathologie.

Read 2346 times Last modified on Mercredi, 01 Juin 2016 12:23